30 avril 2020
Dans Tendance,

Un boom solidaire !

Cette semaine, EJO&CO vous donne des idées pour venir en aide aux autres, à vos proches et aux personnels mobilisés, ou quand la solidarité est au rendez-vous !

ON S’ÉVADE

Mais avant, histoire de prendre l’air, si nous allions faire un petit tour en Egypte ?

Dans l’attente de l’ouverture du Grand Musée égyptien (GEM) au Caire, qui a été reportée à 2021 à cause de la crise sanitaire, l’Égypte propose quelques visites virtuelles de son patrimoine archéologique et culturel exceptionnel.

Ce mois-ci, l’Office du tourisme égyptien a invité le monde entier à explorer la tombe de la reine Mérésânkh III, vieille de 5000 ans. Situé dans la nécropole de Gizeh, le tombeau est réputé à la fois pour sa grande beauté et pour son spectaculaire état de conservation. Depuis chez vous, l’entrée est gratuite et pas un seul groupe de touristes qui se bousculent. Grâce à la modélisation 3D de l’Université Harvard qui met également à disposition toutes les informations historiques de la visite, il s’agit d’un véritable voyage par procuration, offrant un sens tangible de l’une des plus belles tombes de l’Antiquité.

D’autres visites virtuelles sont ainsi proposées à ceux qui souhaiteraient davantage d’explorations. Au même titre que le tombeau de la reine Mérésânkh III, il est donc possible de pénétrer dans la tombe de Menna à Louxor, de visiter le complexe médiéval de la mosquée et de la madrasa du sultan Barquq (14e siècle) dans le Vieux Caire, d’admirer les peintures du Monastère copte de Sohag (plus connu sous le nom de Monastère rouge) ainsi que la synagogue Ben-Ezra, qui, selon la légende, se trouve à l’endroit où Moïse a été recueilli dans son panier par la fille du pharaon…

La liste des lieux emblématiques à visiter depuis chez vous n’est pas finie : il est aussi possible de découvrir les catacombes de Kom El Shoqafa situées à Alexandrie, la mosquée-madrassa du sultan Hassan, le tombeau de Ramsès VI, ou encore le musée copte du Caire.

Des visites en 3D sont publiées chaque jour sur la page Facebook du Ministère du Tourisme et des Antiquités, une belle manière de (re)découvrir l’Egypte pour dans un réalisme désertique !

 

TOUS ENSEMBLE

Cette crise sanitaire, bien qu’elle implique de nombreux dommages, a aussi vu une grande vague de solidarité émerger entre les confinés. Depuis le 23 mars, la plateforme Jeveuxaider.gouv.fr permet aux volontaires de proposer leur aide aux organisations qui œuvrent à la solidarité entre concitoyens. Il s’agit de constituer une « réserve civique » pour soutenir les structures en sous-effectif. Les associations y recensent les besoins les plus urgents : assurer une écoute téléphonique aux publics isolés, aider à la constitution de paniers repas pour les plus démunis… En priorité, figurent quatre « missions vitales » : aide alimentaire et d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure d’Aide Sociale à l’Enfance, lien avec les personnes fragiles isolées, et solidarité de proximité.

Pour venir en aide aux voisins d’immeuble ou du quartier, personnes âgées, individus isolés, et/ou dans le besoin, l’association Voisins Solidaires et le ministère de la Cohésion des Territoires proposent un kit gratuit « Coronavirus : et si on s’organisait entre voisins ? » (à télécharger en ligne). Il se compose d’une affiche, d’un tract, d’un annuaire des voisins et d’un panneau des voisins. De quoi se sentir utile et de (re)créer les liens sociaux de proximité ! Dans le même genre, il y a l’application déjà bien connue Nextdoor qui permet également aux habitants d’un même quartier de se manifester pour proposer ou demander de l’aide. Les inscrits partagent leurs offres, leurs informations et leur soutien. Cela va de l’aide pour faire les courses jusqu’à des prêts d’équipements sportifs en intérieur !

Créée juste avant la crise, la plateforme Granny et Charly, met en relation étudiants (principalement mais pas que) et seniors. De quoi occuper ses journées en rendant visite une fois par semaine ou plus aux séniors pour les aider à faire leur ménage, leurs courses, ou tout simplement pour partager un moment. Un service qui permet aussi d’arrondir ses fins de mois, parfois difficiles pour ceux qui sont au chômage partiel ou pour les étudiants qui ont vu leur contrat de stage rompre un peu trop tôt.

Au-delà d’applaudir à 20h sur votre balcon, il vous est aussi possible de remercier le personnel mobilisé d’une autre façon : le réseau En première ligne met en relation bénévoles et travailleurs engagés (soignants, services d’urgence, approvisionnement en énergie, nourriture, matériel…) pour gérer les courses et les gardes d’enfants, ou encore le site Un apéro pour les hôpitaux, qui vous incite à faire don de ce que vous auriez dépensé en apéro si vous n’étiez pas en confinement. Démarche plutôt amusante, elle permet d’améliorer le bien-être des soignants, d’acheter du matériel médical et même de former de nouveaux soignants !

Rappelons également que les collectes de sang se poursuivent sur tout le territoire. Un don qui constitue un motif de déplacement valable. Alors, Français donneurs et en bonne santé, à vos attestations de sortie !

solidarité

C’EST PAS DES VACANCES

Notamment pour les entreprises qui ont su se réinventer ou quand la créativité sauve leur business !

Depuis le début du confinement, la consommation a totalement changé et a favorisé les supermarchés drives et le e-commerce. Alors, beaucoup d’entreprises, qui ne sont pas considérées comme des fournisseurs de biens de première nécessité, ont su rebondir plus vite que jamais pour sauver leur activité.

Grâce aux réseaux sociaux, les libraires de la capitale trouvent des alternatives et créent un service de livraison ou de pick-up de livres sur Paris. La plateforme dédiée Je soutiens ma librairie propose différentes actions pour les soutenir. Il en est de même pour les fleuristes, qui se retrouvent aussi plus que touchés par la crise. Près de 20% des 14.000 fleuristes français se sont réinventés en livreurs, indique la Fédération française des artisans fleuristes (FFAF). A l’approche du 1er mai, qui représente un jour symbolique pour les fleuristes, le ministre de l’Agriculture a indiqué devant les députés qu’il n’y aurait « pas de vente à la sauvette » de muguet cette année. Interdiction qui permettra peut-être de sauver un peu d’argent du côté des fleuristes.

Les livraisons ont également bien augmenté du côté des restaurants, qui comptent aussi parmi les secteurs durement touchés par l’épidémie. Les douze enseignes de la célèbre chaîne de restauration italienne BigMamma étaient à l’arrêt depuis le début du confinement et leurs 1200 salariés au chômage technique. Alors, le groupe a choisi de prendre une décision historique pour relancer l’activité : sept de ses huit enseignes parisiennes se sont lancées depuis hier dans la vente à emporter. Objectif : se réinventer totalement, cinq ans après l’ouverture. La chaîne espère devenir leader dans le secteur de la vente à emporter qualitative avec des kits de cuisine Do it yourself et des plats à réchauffer. Par respect des mesures sanitaires, il n’y aura pas de livraison pour l’instant, mais un système de click and collect.

Pour venir en aide aux restaurateurs, la plateforme Aide aux restaurateurs, lancée par Deliveroo, La Fouchette, CentralApp et Choco, vous y invite de trois manières différentes et pratiques. Tout d’abord, on retrouve une liste détaillée par ville et mise à jour en direct des restaurants toujours ouverts pendant le confinement qui proposent la vente à emporter ou en livraison. (Pour les parisiens du 9ème, le site Grazia a aussi établi une liste des restaurants du 9ème arrondissement qui proposent des plats à emporter.)

Pour les restaurants fermés ou ceux qui sont trop loin de votre lieu de confinement, la plateforme vous propose de les aider à travers l’initiative aidons nos restaurants. Vous y retrouverez une liste d’adresses proposant des bons de commande prépayés dont vous pourrez profiter lorsqu’elles rouvriront leurs portes. Et la troisième solution proposée présente aussi une démarche anti-gaspillage : il s’agit du rachat des invendus des restaurants.  

solidarité

LE TEMPS D’UNE PAUSE

Robes, jupes, foulards, pantalons, tops… Une bonne partie des confinés s’est mis à la couture, et d’autres repoussaient ce moment le plus tard possible… Mais à présent, il va falloir faire chauffer les aiguilles ! Comme nous l’a annoncé notre Premier Ministre ce mardi 28 avril, le port du masque sera fortement recommandé aussi après le déconfinement voire obligatoire dans certaines situations. Il est alors judicieux de s’en confectionner un pour vous, votre famille, et pourquoi pas même pour votre voisinage ! ». C’est l’occasion de la jouer collectif !

L’atelier des Gourdes vous aide à ne pas en être une justement ! Et vous permet de confectionner votre masque grâce à son dossier spécial Masques qui fait un tabac ! Astuces, masques pour enfants ou pour adultes, à la main ou avec machine, il y en a pour tous les goûts !

Le site de l’Atelier de la création a également suivi la marche en proposant un tuto couture gratuit de masque de protection, en y ajoutant quelques recommandations et conseils de lavage.

Et puis, si vous avez la tête au carré et que vous en avez marre de confectionner des masques, vous pouvez toujours regarder les tutos de Rabih Kayrouz, styliste et couturier libanais, pour vous fabriquer une robe avec un drap. L’été arrive tout de même !

Soyons solidaire, et restons chez nous !

Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *